L'Atrophie cérébelleuse
La physiothérapie
Les trucs
Le mot de Paul
Le babillard
La galerie

Danielle Denis

Bienvenue

Avant tout, je désire mentionner que ce que vous lirez sur ce site constitue une synthèse des explications reçues de différentes sources, d'essais personnels et de lectures. Alors, gardez en mémoire que ces écrits ne s'appliquent pas à tous.

Ce site existe pour accompagner les gens en perte d'autonomie ainsi que pour renseigner leur entourage.
La poursuite du maintien de ce site est assurée grâce à la collaboration de EMS inspections et expertises immobilières et de Consultants Associés experts-conseils en bâtiments et grâce à la patience, la compréhension, la générosité et le talent d'Andrea McCallum pour le graphiste et pour la programmation.

Les nombreuses frustrations que nous occasionnent la découverte de l'infaisabilité de gestes habituels et normalement simples sont de grandes et profondes déceptions, et en plus, ce qui très dur à encaisser, ce sont les interprétations erronées et les jugements fautifs qui sont portés à notre égard.

Dans ce bouleversement de l'être, nous allons d'étonnement en étonnement autant que nos proches, toutefois la victime de la perte d'autonomie est la seule à connaître ses limites.

Ayant été dynamique, indépendante, bougeante, rieuse, femme d'affaires, mère et épouse, j'ai tout perdu en trois mois : arrêt brutal un vendredi soir, j'étais atteinte d’une des formes d'ataxie cérébelleuse. Je connais bien les difficultés d'être plus ou moins comprise à cause des problèmes d'élocution. Les situations pénibles de ne plus être capable de lire, les blessures morales et physiques qu’ occasionnent les diverses découvertes. La concentration ne se fait plus ou très difficilement, les muscles qui se fatiguent rapidement et les mouvements qui se font hors de notre volonté nous confrontent constamment à notre état.

La patience et le gros bon sens sont de mises car, bien qu'on nous dise que le cerveau pourra apprendre à faire les choses à la place du cervelet, nul ne peut savoir combien de temps qu'il mettra pour le faire. C’est la plasticité du cerveau.

Comme un jeune enfant, nous sommes contraints à un apprentissage; nous avons cependant l'avantage de connaître les raisons et le but que nous visons.

J'utiliserai le mot «état» puisque nous ne sommes nullement malades, mais bien ralentis. Nous visons à re-conquérir une autonomie et entre-temps nous devons dépasser la survie et vivre.

Dans la chronique «trucs», vous trouverez des moyens « pratico-pratique » pour résoudre des problèmes quotidiens car il y a très peu de recherches qui se font et aucun médicament n'existe; on se doit d'être créatif et inventif pour combler nos besoins.

Danielle Denis